Créations de Tu Wei-Cheng

Bu Num : le futur, maintenant

L’artiste taïwanais TU Wei-Cheng 涂維政 (né en 1969) travaille actuellement à l’Université nationale des arts de Taipei. Depuis le début des années 2000, il s’est engagé dans la création d’une série d’œuvres par lesquelles il invente de toutes pièces une civilisation archéologique, dénommée Bu Num.

Présentés comme des découvertes archéologiques faisant l’objet d’une interprétation, les objets de la civilisation Bu Num sont fabriqués à partir d’éléments technologiques modernes, et transformés en reliques d’une culture ancienne, propres à exercer une forme de fascination chez le visiteur. Ce dernier est tenté de voir dans ces oeuvres d’art contemporain les artefacts d’un passé lointain, en les associant inconsciemment à sa propre expérience muséale de telles reliques. L’artiste interroge en outre la façon dont les historiens d’aujourd’hui interprètent le passé pour décoder l’histoire contemporaine et les phénomènes sociaux.

Les quatre œuvres de TU Wei-Cheng présentées au musée départemental des arts asiatiques entrent en dialogue avec les collections considérées comme les témoins de cultures anciennes. Elles interrogent les concepts de création (entre invention et imitation, copie et contrefaçon), mais aussi de conservation, de collecte et de présentation des œuvres au sein d’un musée. Les relations – les tensions – entre art traditionnel et contemporain, réalité et virtualité, authenticité et falsification, art et marché sont au cœur du projet de l’artiste.

TU Wei-Cheng réfléchit à la façon dont les formes culturelles se déploient dans notre monde globalisé. Il crée un espace-temps déconstruit, formant une réalité ambiguë et une histoire (ré-)imaginée. Le visiteur, par une expérience sensorielle complexe, parfois déstabilisante, est invité à reconsidérer le regard qu’il porte sur les œuvres et leur présentation, mais aussi sur sa propre identité culturelle à l’ère technologique. Les œuvres présentées ici ont fait l’objet d’une exposition en 2019 au Rijksmuseum d’Amsterdam.

Avec le soutien du Centre culturel de Taïwan.

- Image en taille réelle, .JPG 1,33Mo (fenêtre modale)Vessel of Fleeing Souls (Vaisseau des âmes fuyantes), pierre artificielle, 180 x 140 x 180 cm, 2019© TU WEI-CHENG

- Image en taille réelle, .JPG 505Ko (fenêtre modale)Flowers Blooming Like a Piece of Brocade (Éclosion de fleurs comme une pièce de brocart), alliage cuivreux, 176 x 44,5 x 4,5 cm, 2017© TU WEI-CHENG

Table-ronde

Avec Dr Ching-Ling Wang, conservateur au Rijksmuseum, Adrien Bossard, conservateur du patrimoine et directeur du musée des arts asiatiques à Nice, et Bertrand Roussel, directeur des musées d’archéologie de Nice.

Samedi 11 juin à 15h30

Présentées comme des découvertes archéologiques faisant l’objet d’une interprétation, les oeuvres de la civilisation Bu Num sont créées à partir d’éléments technologiques modernes, et transformées en reliques d’une culture ancienne. En écho à l’installation des créations du TU Wei-Cheng, cette table ronde sera l’occasion d’interroger les liens entre art traditionnel et contemporain, réalité et virtualité, authenticité et falsification.

Gratuit – Réservation.