ANNULE

Conférence: "Chine - Pakistan: les routes de la soie"

Musée des Arts asiatiques

  • Le à

ANNULE
Par Emmanuel Lincot (Historien de l’art et sinologue, Professeur à l’Institut Catholique de Paris et Chercheur associé à l’IRIS).

Image en taille réelle, .JPG 1,70Mo (fenêtre modale) © Emmanuel Lincot

Conférence: "Chine - Pakistan: les routes de la soie"

Pays neuf, le Pakistan n’en est pas moins l’héritier d’une civilisation multiséculaire. On pense à Mohenjo-Daro, au site gréco-bouddhique de Taxila, à sa statuaire du Gandhara dont le musée des arts asiatiques de Nice possède de très belles pièces ou encore à la luxuriance des jardins de Shalimar ou encore celle des palais de Lahore. Au lendemain de sa séparation avec l’Inde en 1947, le Pakistan devint l’un des postes les plus avancés de la guerre froide. Ligne de fracture, lieu d’affrontement idéologique privilégié entre les puissances du « Grand Jeu », le Pakistan s’ouvre désormais à de nouvelles perspectives. Ce sont celles offertes par les Etats du Golfe, la promesse d’un développement maritime par ses infrastructures portuaires à Gwadar. C’est aussi l’établissement d’un corridor stratégique qui ouvre aujourd’hui le pays aux Nouvelles Routes de la soie que promeut son grand voisin chinois.

Une route conduit à travers le Karakorum et la chaîne de l’Himalaya vers l’Empire du Milieu. Cette route fabuleuse est celle qu’empruntèrent jadis les moines Kumarajiva et Xuan Zang ainsi que des générations d’explorateurs comme Younghusband ou Ian Fleming. Tous séjournèrent dans cette région souvent associée à l’Eden, le Cachemire pakistanais autrement appelé la Hunza. Son Chef spirituel, l’Aga Khan, a su conserver un cadre harmonieux entre les habitants et ces vallées que dominent les plus hauts sommets du monde.

Découvrir sous des facettes aussi différentes ce pays et son voisin, la Chine et ses sites archéologiques majeurs comme Dunhuang est l’objet même de cette conférence.

 

Conférence réalisée par Emmanuel Lincot (Historien de l’art et sinologue, Professeur à l’Institut Catholique de Paris et Chercheur associé à l’IRIS).

Gratuit, sans réservation.