Concours d'écriture

Musée des Arts asiatiques

Image en taille réelle, .JPG 273Ko (fenêtre modale)

D’après Victor Hugo, « l'art c'est le reflet que renvoie l'âme humaine éblouie de la splendeur du beau ». La relation entre art et beauté est complexe. La recherche du beau, notamment antique, est un fondement de l’art occidental. Mais des explorations se sont orientées vers d’autres beaux et ont parfois rejeté la notion de beauté. Il n’en demeure pas moins que le jugement d’une œuvre d’art est souvent et simplement exprimé de la manière suivante : « c’est beau » ou « ce n’est pas beau ». Que ce soit l’un ou l’autre, c’est un goût personnel qui se déclare. Il est façonné par un environnement, une éducation, un milieu social, entre autres. Et il est impossible d’être entièrement objectif lorsqu’il s’agit de donner son avis sur une œuvre d’art. Il est par contre possible d’entraîner son regard afin qu’il soit capable d’évaluer la qualité d’une pièce, mais il est rarement infaillible.

Où faut-il chercher la beauté d’une œuvre sinon dans ce qui nous touche réellement ? Elle nous fait face dans ce voyage intérieur qu’est la visite d’un musée. Elle peut déserter une œuvre et rayonner d’une autre ; être inexistante un jour et évidente une autre fois  ; être difficile à décrypter et se dévoiler grâce à des explications. Le musée n’a pas pour vocation d’établir des critères de beauté pour son public, il s’agit d’un lieu où, au contraire, les visiteurs peuvent construire leur propre perception et définir ce qui est beau pour eux.

Le Printemps des Poètes est l’occasion d’inviter les visiteurs du musée à transmettre leur conception de la beauté à travers des textes. Ceux-ci sont limités à 15 000 caractères max, espaces compris. La forme et le genre du texte sont libres, néanmoins, pour créer du lien entre la production écrite et le musée, il est demandé aux participants de s’inspirer des œuvres sélectionnées (voir photographies ci dessous) ou de l’architecture du lieu. Ces dernières peuvent être le sujet principal du texte mais aussi être combinées ou encore servir de décor.

Retrouvez ici le règlement et les modalités de ce concours d'écriture

Les 6 œuvres sont les suivantes :

-       Figure anthropomorphe, Inde, Plaine du Gange, IIe millénaire av. J.-C.

-       Disque Bi, Chine, Culture de Liangzhu, 3300-2200 av. J.-C.

-       Paravents, Japon, école Tosa, XVIIe siècle

-       Daim et daine affrontés, Tibet central, XVII ou XVIIIe siècle

-       Bouddha debout, Gandhara, IIe siècle

-       Élément de cascade ou Chadar, Inde du Nord, 1ère moitié du XVIIe siècle